A la pêche aux trésors, par terre, partout je vais,

pour ensuite raconter bien au delà des mots la magie des couleurs,

la force de notre monde intérieur.

L'autre rive, celle que je choisis, se laisse alors atteindre.

C'est celle de la joie, celle où la poésie, féerie, pansent toutes les blessures.

 En rythme, au son du coeur qui bat, répéter le geste :

casser, couper, scier, tailler la matière pour en récolter ses fragments, morceaux brisés...

 Et puis les recoller, en toute bienveillance,

afin de dire l'urgence,

la mienne, la vôtre, la nôtre :

Celle d'aimer.

 Ouvrir un possible.

Il est temps de reconstruire pour une autre humanité.