19 janvier 2009

A l'intérieur

J'ai regardé par delà les toits du monde et j'y ai vu des pleurs. Notre monde intérieur est plus grand que le ciel. Il s'ouvre doucement, se découvre à pas lents. J'ai regardé par delà les toits du monde et j'y ai vu des fleurs. Notre monde intérieur est aussi paisible que le ciel. Une prairie qui ouvre ses bras devant nos yeux ou bien derrière. Il y a le monde intérieur, celui des pleurs et puis des fleurs. Alors... Équilibre des deux et patience.
Posté par malou mosaique à 14:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 janvier 2009

A volonté

Aujourd'hui, écrire du rose plus que jamais et sans rature. Du pétillant et du joyeux. Du tendre, du fin, du délicat. Pas de recette pour un tel texte. Je prends une casserole. Je verse d'abord un peu d'humour puis j'épluche les souvenirs heureux. Un à un, je les saisis et les dorlote. Je m'en imprègne. Je prends mon temps et les installe délicatement dans ma cocotte. Je saupoudre de plaisir. Pour ne pas que ça colle, j'ajoute des fleurs. Des pétales de roses et de violettes mais des pensées peuvent faire l'affaire. Je tourne... [Lire la suite]
Posté par malou mosaique à 16:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 janvier 2009

Voeu d'eau de rose tout 9

Je veux t'imaginer comme un futur soleil qui saura faire fondre mon âme sous tes ailes. Sur la colline aux fées, je veux me promener. Sous ta tente au jardin, je veux me protéger. Si près de la montagne, à l'abri des démons, du passé et du reste, avancer avec toi et courir dans les champs. Veux tu que je rejoigne la féerie des bois et que sous ton regard, je m'égare dans tes bras. Ce serait bien tu sais, y crois tu toi aussi? Penses tu déjà à celle qui te suivra là-bas. Regarde, je suis là et je t'attends déjà. Sous le soleil en... [Lire la suite]
Posté par malou mosaique à 16:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 décembre 2008

A ma place

Dans le sombre que cette saison nous pousse à ressentir. Au coeur de l' hiver qui nous demande de plonger au fond de nos racines pour puiser le courage de créer, je déroule le fil d'ariane rose. Sur ce fil, je pose des places. Il y a celle de l'église du village le plus réconfortant que je connaisse avec son banc entre deux arbres que j'ai d'abord appelé le banc des amoureux puis le banc aux trois roses et le banc du levant. La place de la Canourgue est celle où les cafés au lait sont les plus délicieux. La place Belcourt,... [Lire la suite]
Posté par malou mosaique à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 novembre 2008

Réconfort

Au chaud d'un nid douillet de tendresse et d'amour tu voudrais te blottir discrètement toujours. Alors ce nid de plumes tu le prépares en toi, à l'intérieur du ventre. Pour qu'il monte à la tête, tisse des liens sincères jusqu'aux doigts, jusqu'aux pieds. Un vent de compassion sur toutes tes erreurs, tes limites, tes peurs que tu vois encore mieux dans l'énergie d'hiver.  Tu as fait voeu d'amour et il tarde à venir... Et là je ne parle que de celui que tu te portes afin d'être au plus juste pour en donner à... [Lire la suite]
Posté par malou mosaique à 16:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 novembre 2008

Ronde

Pourvu que la tête soit ronde. Un cercle de lumière sur un triangle en or avec des membres qui se lancent dans l'air comme sur les chemins de campagne. Pourvu que la tête soit ronde. Une bulle remplie de lune et d'étoiles bleues, rouges, jaunes. Posée en équilibre sur l'Atlas des orignes. Triangulaire à sa source. Pourvu que la tête soit ronde. Elle engouffre les connaissances des mondes, en disperse des détails infinitésimals. Elle entend, elle voit, elle écoute, elle sent. Elle se souvient. Pourvu que la tête soit... [Lire la suite]
Posté par malou mosaique à 20:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 novembre 2008

Danse du jour

Danse la lumière qui à l'automne change de rythme. C'est celle des feuilles qui rêvent jusqu'à terre en tournoyant au vent avant d'aller s'étendre. Leurs robes jaunes font des tapis au sol où les pieds se plaisent à s'enfoncer légers. Les arbres se taisent. Ils s'endorment pour des mois à venir. On les entend ronfler si on les touche de près. La sève rentre en terre pour se régénérer. Ainsi elle protège la vie jusqu'aux racines. Les branches se dépouillent. Arrive le squelettique hiver. Il sera blanc bientôt, peut-être. Le froid... [Lire la suite]
Posté par malou mosaique à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2008

La source

A la source... j'irai chercher des réponses. En position assise, je la regarderai s'évader de la terre, s'écouler sous mes mains et elle me chantera ce qu'il me reste à faire. Je l'écouterai là me chuchoter limpide le chemin qu'elle suit. Je croirai de tout coeur aux secrets délivrés, ne mettrai aucun doute sur la puissance du sens qu'elle glissera un peu au creux de mon oreille. Et je resterai là, demeurant auprès d'elle comme en éternité. La suspension du temps est incommensurable. Sa clairvoyance saura remplir mon être... [Lire la suite]
Posté par malou mosaique à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2008

Le fil

Restez accrochés à un fil. Continuez la route sans courir, sans perdre souffle. Y croire tant qu'il faut pour que plus rien ne vole, ne parte. Je pense à l'énergie, à la force, au courage. Gardons cet objectif du mieux et du meilleur. Que la vie coule, s'échappe, s'envole, que la lumière éclaire ton petit bout de vie, de rien, ton tout. Bondir en lune et en étoile, que la douceur brûle la grandeur d'âme, le beau, le vrai, le doux. Que le chant des oiseaux vienne réveiller tes ailes et que tout bouge encore, oui, à l'éternel et... [Lire la suite]
Posté par malou mosaique à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 octobre 2008

Parce que nuit d'octobre

Parce que la nuit les cloches sonnent douze coups de minuit. Parce qu' un magicien sommeille à quatre pas de moi. Parce que le silence gagne à être connu. Parce qu'il me berce de ses respirations profondes. Parce que les touches me chuchotent la mélodie des mots. Parce que j'aime ce moment avec lui partagé. Parce que répond toujours à un pourquoi qui tourne. Alors oui, pourquoi ? Parce que l'échelle vers la lumière n'est pas inconfortable. Parce que l'équilibre se maintient sereinement. Parce que la pluie efface tout se qui... [Lire la suite]
Posté par malou mosaique à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]