Rapprocher nos éternités.Dans un regard tout te parler. M'embarquer à ta rive de lumière. Contre toi. Effleurer un surgissement. La vie. La tienne et mienne. Si adroitement mêlées. Avancer. Ensemble. Mon pas à côté du tien ou le tien dans le mien et le mien dans le tien. Ta main prête à me donner et à tenir la mienne. Cette main certaine de savoir ce qu'elle veut avec toi contempler. La lune. Les étoiles. Le jour et le matin. Tu es café, thé, chocolat? La première rencontre est définitive, directe. Sans voile obscur. Sans gêne. Une évidence. Un naturel. T'accueillir comme on ouvre un cadeau. Je sais que ma route mène vers la tienne et qu'elles vont se croiser. Sous peu. Dans un instant. Vite. Prochainement. Bientôt. Et je reste patiente. J'aime cet instant qui fait sa pause. Dehors. Le vent glisse sur les ailes du Rouge Gorge. Il chante à volonté et me donne le ton. Le chuchotement des ailes est le refrain que je préfère. Sur terre. Tu es mon rêve réalisé, mon concerto de vie. Je prendrai tout mon temps pour t'aimer à souhait. J'ai confiance. Tu es là. Au creux de cet espace tranquille, doux, serein et si follement vivant. Ton souffle est délicieux. Je t'entends murmurer sous le chant des oiseaux l'envol vers un ailleurs toujours plus mélodieux. Laisse moi me poser sur tes branches. J'ai besoin de ce repos vers toi pour écrire la suite. A deux je veux écrire notre continuité. Pas une transition, une parenthèse, une historiette. Non. Le temps nous emmène si loin. Au bord de tous les âges.