IMG_2138 Dis-moi que j'ai rendez-vous avec ma chance. Que quelque soit l'embrouille qui me perd, je tiendrai la nacelle jusqu'au bord de mon rêve. Rebondir de joie quelque soient les larmes. Du plus grand des fou rire inonder mon rivage. D'une voix claire. Source de mon amour. Je dis que j'ai avancé un pied après l'autre. Mon grand pas de géant.

Dedans.

Ce n'est pas la gloire mais la fête. Ce n'est plus le désespoir en tempête. C'est solidement bordée de douceur en coliiers, de rivages dentelés, de mères et d'océan.

Dedans. Du sang. Chantant.

Redire mon rêve à tire d'ailes. Bien à l'abri du tourtereau, du tout petit moineau. Mon tourbillon. Mon hirondelle en vole plané. 

C'est comme rire l'histoire de mon histoire, chanter. Comme un pont qui me sauve.

A pleine voix radier ce qui est sans soleil, ce qui ombrage encore le plus clair des vents. C'est souffler l'ennemi du fin fond de ma tête. Dépoussiérer l'ivresse, la vie dans ses recoins. C'est éternuer la note. Celle qui juste à côté ruisselle mon coeur à corps. C'est crier le fardeau de mon eau.

Vite ou lentement, dis-moi. Redis le moi que ce n'est pas par chance, mais que c'est mon courage. Celui des naufragés sans ancrage. Éloignement du massacre. Parce que ça s'arrête là. ça s'envole.

Immédiat.

Jusqu'au delà.