Je veux t'imaginer comme un futur soleil qui saura faire fondre mon âme sous tes ailes. Sur la colline aux fées, je veux me promener. Sous ta tente au jardin, je veux me protéger. Si près de la montagne, à l'abri des démons, du passé et du reste, avancer avec toi et courir dans les champs.

Veux tu que je rejoigne la féerie des bois et que sous ton regard, je m'égare dans tes bras. Ce serait bien tu sais, y crois tu toi aussi? Penses tu déjà à celle qui te suivra là-bas. Regarde, je suis là et je t'attends déjà. Sous le soleil en feu j'ai rêvé de ce jour où sur le quai du train, tu me diras "bonjour".

Nous marcherons ensemble et tu prendras ma main comme si déjà mon monde appartenait au tien. Il est bon de te dire à toi qui n'entends pas. Il est bon d'y penser, je sens que tu es là.

Porte moi dans ton coeur, aimons nous simplement.

Je suis celle que tu attends et tu es mon celui, celui qui m'aimera. J'arrive, tu verras, tu me reconnaîtras. Je porterai pour toi la plus jolie des fleurs. Mon parfum est celui de l'amour enchanté. Sous ma robe, sans épine, tu viendras te cacher de l'horreur du monde et tu écouteras le chant des oiseaux libres, oui libres, tellement libres.

Tu me manques déjà, j'ai hâte de te connaître, d'entendre ton sourire, de voir nos souvenirs s'écarter pour ouvrir le plus joli des contes : celui du bel amour.

Je me réjouis tu sais.

Tu portes dans tes mains un monde merveilleux, empli de doux secrets, de joie, de délicat. Et non! Il n'est pas vain d'y croire un peu toujours même si tant de fois, j'ai eu chahut vertige.

Oh mon beau capitaine, mon trésor, mon clown! Mon prince, viens goûter avec moi les herbes dans les bois. Montre moi la rivière, les cailloux, les recoins de ton monde féerique et que le vent t'emmène dans mes bras, sur mon cou.